Rapport d'activité 2016

De nature différente...


Je reviens d’un séjour au Botswana, un pays d’Afrique australe qui a réservé à la protection de la biodiversité plus du tiers de son territoire. L’un des joyaux parmi les plus précieux de la Planète est sans conteste le delta de l’Okavango. D’une superficie dépassant celle de la Suisse romande, cette zone humide s’inonde périodiquement lorsque la saison des pluies survient au-dessus de son bassin versant, situé à plus de 1’000 kilomètres au nord, en Angola. Ici, la nature fonctionne par elle-même: les inondations alimentent l’écosystème, empêchant la croissance des arbres non adaptés. Les éléphants et les hippopotames créent des cheneaux dans le sol et la végétation. A la saison sèche, des incendies surviennent et assurent une régénération du couvert végétal lors des prochaines pluies. Les termites font émerger des îlots par leur activité de bâtisseurs. Aucune gestion humaine n’est nécessaire dans le delta, sinon celle de l’écotourisme, l’une des premières sources de revenu pour la population locale. Autour du delta, quelques villages vivent de la pêche et de l’agriculture. Cette nature fait rêver. En Suisse, c’est un peu l’«anti-Okavango»: partout ou presque, la présence humaine a bouleversé les écosystèmes. Les processus naturels ont souvent été interrompus: les cours d’eau n’inondent plus, le niveau des lacs est stabilisé artificiellement et les forêts sont pour la plupart exploitées. Pour maintenir la diversité des habitats, la nature a besoin des interventions humaines.
La région des Grangettes ne fait pas exception à la règle: les gestionnaires s’évertuent à maintenir la diversité biologique en fauchant, taillant, décapant ou creusant. Un travail indispensable mais qui ne doit pas nous faire oublier qu’il serait bon que l’on puisse par endroits retrouver un peu de cette nature qui fonctionne par elle-même, celle que les germaniques appellent «Wildnis» et les anglo-saxons «Wilderness».
Une occasion unique va se présenter aux Grangettes: la renaturation du delta du Rhône. Le plan sectoriel de la 3ème correction du Rhône qui vise à atténuer l’impact des inondations du Rhône en décorsetant le lit du fleuve est en effet une opportunité unique de rendre son embouchure dans le lac Léman plus attractive. Nous suivons avec attention ce projet porteur d’espoir pour la dynamique de la nature.
Je vous remercie pour l’intérêt et le soutien que vous manifesterez pour Les Grangettes, cette année encore. Je vous transmets, au nom du Conseil de Fondation, tous mes vœux pour 2017.


Francois Turrian
Président du Conseil de la Fondation des Grangettes.